Rechercher
  • Rachel Hemes

Le stress, cet ami qui me veut du bien ?

Dernière mise à jour : 10 juin




Aujourd’hui j’avais envie de vous parler du stress : un sujet qui vous concerne j’en suis sûre ;)


Selon Kelly McGonigal, psychologue américaine :

« Les dernières découvertes dans la science révèle que le stress peut vous rendre plus intelligent, plus fort et plus performant. Il vous aide à apprendre et à grandir. Il peut même inspirer le courage et la compassion. »

Oui le stress peut vous rendre plus intelligent, plus fort, plus performant … Était-ce l’image que vous aviez du stress ?


Personnellement, il y a quelques temps en arrière encore j’en avais plutôt une vision négative : je considérais le stress et surtout ses manifestations physiques comme quelque chose à éviter. Si par malheur ses manifestations apparaissaient il fallait les faire disparaître le plus vite possible ou faire comme si elles n’étaient pas là…


Pour moi c’était clair que le stress et ses manifestations venaient m’handicaper !

Et si c’était justement le contraire ???


Petite précision qui a son importance : nous devons faire une différence entre un stress aigu et un stress chronique.


Un stress aigu c’est lorsqu’un événement ponctuel génère en nous une réaction de stress, cet événement est ensuite suivi d’un relâchement où le stress redescend.


Le stress chronique est une situation où le stress est présent de manière répétée, sur une période de temps qui s’étend. C’est ce type de stress qui peut mener à un burnout…


Aujourd’hui notre outil s’adressera aux situations de stress aigu

par exemple : un entretien d’embauche, se rendre dans un endroit où l’on ne connaît personne, prendre la parole devant un auditoire, débuter un nouveau poste de travail, montrer ce que vous avez créé à d’autres personnes, etc.


Pour ce qui concerne le stress chronique, cela nécessiterait d’en parler plus longuement car on s’y adresse de manière différente, cela pourra faire l’objet d’un prochain article.


Le stress aigu provoque des réactions physiques,

entre autre : augmentation du rythme cardiaque, respiration qui s’accélère, transpiration, jambes qui tremblent, bouche en coton, mains moites, etc.


Je pense que vous devez en reconnaître quelques-unes ;)


Et si, au lieu d’être des manifestations handicapantes comme je le pensais auparavant, c’était en réalité notre corps qui se préparait à mieux réagir, à être au top de sa performance ?


Selon Kelly McGonigal, psychologue américaine : « Le stress est ce qui survient lorsque quelque chose qui nous tient à cœur est en jeu. »


Nous n’allons pas stresser pour des choses qui ne nous intéressent pas et qui ne sont pas importantes pour nous. Le stress est ainsi lié au sens qu’ont les choses pour nous.

Et quelle va être votre attitude face au stress ?

Lorsque votre cœur commence à battre la chamade, que vous sentez ce serrement au niveau de l’estomac, que votre respiration s’accélère, que vous commencez à transpirer…

Est-ce que vous vous dites - comme moi je le faisais auparavant - "Mince, je suis complètement stressée, faut que je me calme…" et vous essayez de respirer calmement pour vous calmer ?


Si oui, sachez que de passer de cet état d’excitation élevée du corps à un état calme en peu de temps est quasiment impossible…

et ce serait même contre-productif…

En réalité, vous ne voulez pas être détendu et relaxé alors que vous allez faire face à un challenge, vous voulez donner le meilleur de vous-même.


Ces symptômes physiques sont la réponse de notre corps pour agir de la manière la plus efficace possible.

Le Dr John Eliot, une autorité concernant les personnes les plus performantes, nous dit que « tout ce que votre corps fait quand la pression est forte, est bon pour la performance. »


Et si, à la place de lutter contre cette énergie, nous la canalisions autrement ???


C’est ce qui a été fait dans une étude :

Les personnes devaient préparer un speech à présenter devant une équipe de juge (une situation considérée stressante pour la - très - grande majorité des gens).


Une partie des participants avaient la consigne de se calmer, tandis que l’autre partie avait la consigne de se dire « Je suis surexcité » (« I’m excited » en anglais), dans le sens « Yes, mon corps est en train de se préparer pour répondre au mieux au challenge ».


Les résultats de l’étude ont été que non seulement les participants qui avaient eu la consigne de se dire « Je suis surexcité » avaient été plus performants et plus convaincants mais en plus leur réponse biologique au stress était différente.


En changeant notre conception à propos du stress, on modifie la réponse dans notre corps.

En passant de la conception que le stress est mauvais et nocif pour notre santé, à ce qu’il est au contraire utile et aidant pour nous permettre d’être le plus efficace face à ce que nous vivons, nous modifions la façon dont notre corps réagit.


Pour les participants de l’étude, ceux qui considéraient le stress comme nocif ont eu des problèmes de santé. Tandis que ceux qui le considérait comme utile, n’ont pas eu d’influence du stress sur leur santé.


On voit ici l’impact concret de notre conception, notre mental, sur notre corps physique !


Et donc, pour nous aider, nous pouvons considérer les symptômes physiologiques du stress comme : c’est mon corps qui m'aide à relever ce défi, ça s’apparente d’ailleurs à la réponse que le courage crée en nous.


Dernièrement, j’ai vécu plusieurs événements qui me sortaient de ma zone de confort, et je me suis amusée à me dire « Je suis excitée !! » à la place du « Je suis complètement stressée » qui me venait spontanément.


On en a même fait un jeu avec mon mari en se le disant aussi l’un à l’autre lorsque nous partagions ensemble sur ces sujets.


Personnellement ce recadrage du stress m’aide vraiment.

Je me rappelle que c’est une réponse normale de mon corps, qu’il est en train de me préparer pour que je sois au top pour le défi qui arrive.


Je ne cherche plus à me calmer, j'accueille simplement les symptômes physiologiques du stress et je me dis « Je suis excitée !!! Yes !!! ».

Une notion de plaisir vient même pointer son nez ce qui n’était pas du tout le cas lorsque je me disais que j’étais stressée car je vivais alors la situation comme très inconfortable voire anormale car je ne devais pas me sentir ainsi, je devais pouvoir rester calme…


A la place d’aller contre mon corps et ses sensations, je canalise en fait ses sensations d’une manière qui soit la plus aidante pour moi.


Et ce qui est intéressant c’est qu’une fois en train de réaliser le défi les sensations diminuent… Elles sont souvent très fréquentes et intenses juste avant le défi en tant que tel, une fois dans l’action, cela change. L’avez-vous aussi remarqué ?


Ainsi, selon Kelly McGonigal : « La meilleure façon de gérer le stress n'est pas de le réduire ou de l'éviter, mais plutôt de le repenser et même de l'accepter. »


Pour vous permettre de passer à l’action,

je vous encourage à vous dire à vous-même, lorsque vous sentez les symptômes du stress : « Je suis excitée » ou « Je suis surexcitée » ou encore « Je suis pleine d’énergie », bref, ce qui convient le mieux pour vous.


Et d’essayer pour vous-même ce que ça produit en vous face au stress et à votre manière d’agir ensuite.


 

J’aurai plaisir de lire vos retours, si vous le souhaitez, par des commentaires ou en me contactant et je vous retrouve tout bientôt pour un prochain post.


Vous souhaitez être informée de la publication de mon prochain article ? Inscrivez-vous ici.